• CI-CORONAVIRUS : un cas suspecté à Abidjan sous contrôl    
  • CI-EGLISE CATHOLIQUE : La marche de la paix prévue le 15 févier, annulée    
  • CI-LE MANDAT D’ARRÊT CONTRE SORO EST : irrecevable par interpol    
  • CI-CEPICI :DEJEUNER DE PRESSE OFFERT PAR LE DG, EMMANUEL ESSIS EN FAVEUR DES JOURNALISTES, CE JEUDI 16 JANVIER    
  • CI- DIMANCHE 12 JANVIER:3e édition des journées nationales des exportateurs de cajou de CI et la 6e édition de la Convention mondial du cajou    

POLITIQUE : Interview

Document sans nom


CI- RHDP/ ANDRÉ KOUASSI : « UNE ÉLECTION N’EST JAMAIS GAGNÉE D’AVANCE »

En marge du récent séminaire organisé par le RHDP, notre envoyé spécial a recueilli quelques impressions d’André Kouassi militant RHDP en charge de l’Implantation et de l’Organisation dans la Région des Grands ponts.

(INTERVIEW)

 

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

 

Je me nomme André Kouassi. Je suis de la région des Grands ponts précisément du département de Grand-Lahou. Je suis Départemental Associé également de la DEIO  c’est-à-dire la Direction Exécutive en charge de l’Implantation et de l’Organisation. Nous sommes venus ce matin pour écouter les enseignements.

 

Organiser un séminaire portant sur la maîtrise du processus électoral à 9 mois des échéances électorales, n’est-ce pas trop tôt ?

 

Non, je ne pense pas que ce soit trop tôt.  Nous sommes parfaitement dans le tempo parce que le RHDP, c’est un parti implanté depuis longtemps. Et les gens travaillent. Un séminaire à 9 mois des élections, c’est pour faire des recadrages. Cependant, le terrain est régulièrement occupé. Il y a eu une rencontre récemment  avec la Direction Régionale de l’Implantation et de l’Organisation. Les gens sont en train de voir comment les choses se passent à l’intérieur de la Côte d’Ivoire.  Tous les hameaux sont quadrillés actuellement. Le séminaire c’est la phase visible actuelle. Sinon, sur le terrain, tout est totalement quadrillé. Le séminaire fait des recadrages, des précisions, des clarifications.Et, apporte un certain nombre d’éléments.

 

 Pourquoi, le quadrillage du terrain et cette anticipation ?

 

Vous savez, une élection n’est jamais gagnée d’avance. Aucune élection n’est gagnée d’avance. Tout ce que vous faites dans la vie, il faut de la rigueur. Des gens ont l’impression qu’on est un peu partout. Non, non, non. C’est l’organisation, la planification, le suivi. C’est tout ça. Pour nous, c’est un processus normal. On a réussi le cap. 

Selon vous, qu’est-ce qui justifie ce grand nombre ce matin au point où  certains de vos militants sont restés à l’extérieur de la salle ?

C’est l’engouement. Il y a une attente au niveau du RHDP. C’est un parti qui mobilise. On programme une rencontre à moins d’une semaine et tout le monde est là. Il n’y a pas d’absents. On pense même qu’il y a eu plus de personnes que d’invités. Et puis, je crois que l’organisation a été dépassée parce qu’on estimait avoir 2.500 personnes. Et mais, il y a eu 3.000, 4.000 personnes. C’est pourquoi j’ai improvisé des salles, des chaises pour permettre à des gens qui sont restés à l’extérieur de la salle d’y participer. Il y a eu une ambiance conviviale, fraternelle. Et ça c’est vraiment très important.

 

Vous avez parlé d’actions d’envergure sur le terrain alors que nous avons constaté qu’au niveau local, les choses semblent être un peu timides. 

 

C’est ce que les gens pensent. Les partis initiateurs sont là depuis longtemps. Dans ma région, par exemple, il y a  un travail qui se fait. On est en contact permanent avec la base. La politique, ce n’est pas de faire des tapages. Ce qui est important en politique, c’est le développement. La vraie question est, est-ce que la politique actuelle apporte le développement ? C’est ça. Mais cela est facilité par des actions du gouvernement. On répond aux préoccupations de base. On apporte de l’eau, les routes, la santé, l’école, l’éducation. Du coup, ça facilite les choses. Cela fait que le discours est facile. Ce n’est pas de faire la politique à la politicienne. Des preuves concrètes. Donc chacun se bat pour présenter les actions du gouvernement parce que notre président n’est pas bavard. Mais, un homme d’action, il agit. Nous avons l’impérieux devoir dans notre mission de dire à nos parents, voici ce que le gouvernement ivoirien a fait pour nous. C’est notre rôle. La politique, ce ne sont pas des grands meetings. C’est la proximité, les contacts, montrer les actions du gouvernement.

Quelles sont les actions que vous menez dans les Grands ponts ?

Chez nous, c’est très simple. Nous continuons de peaufiner notre organisation, c’est la première règle. La deuxième règle, nous continuons de parler à nos parents de nos acquis, la paix, la cohésion, l’unité, le développement dans toutes leurs dimensions.  Ce n’est pas de la poésie. Depuis le décès du Président Félix Houphouet Boigny, c’est le seul Président qui a été au pouvoir pendant 10 ans sans qu’il n’y ait de coup d’Etat. Tous les coups d’Etat sont anticipés. C’est cela, toujours la paix, la stabilité, la durabilité dans tout ce qu’on fait. Il nous faut être en éveil. De façon concrète, continuer de parler à nos parents et peaufiner notre stratégie.

 

Que pouvez-vous retenir au sortir de ce séminaire ?

 

Je retiens, personnellement que les choses sont parties pour de bon. Il y a un recadrage qui est fait au niveau des élections parce que l’élection, c’est la finalisation de tout ce que vous posez comme acte à présent. Ce séminaire nous permet de rester en éveil, de ne pas dormir, d’apprécier nos objectifs à atteindre. Cela, nous permet également de répondre à certaines préoccupations sur le terrain. On disait aux Coordonnateurs Régionaux de laisser fleurir les ‘’sans fleurs’’. Il y a des gens qui sont motivés.  Mais ils ont le sentiment d’être contrariés. En réalité, ils ont la motivation. Ils veulent s’exprimer. Il faut faire des recadrages et le management.   

 

Réalisée par Sunday ALAIN( Envoyé spécial)

Sundayalain92@gmail.com

 

 


S..A
28 Jan 2020 03:57




CI-SITUATION SOCIO-POLITIQUE/ MME MARIE CARINE BLADI , PRESIDENTE DU NOUVEL IVOIRIEN-CÖTE D’IVOIRE NOUVELLE(NICIN) : SE PRONONCE

Après ses tournées empreintes de succès dans le haut Sassandra et le Guémon, Mme Marie Carine Bladi, présidente du N.I.C.I.N (Nouvel Ivoirien Côte d’Ivoire Nouvelle) fait le point sur la misère observée au niveau de la population en générale et du monde paysan desdites régions en particulier. Elle en profite pour se prononcer sur la question de la de l’achat de la pièce d’identité sous le régime Ouattara et bien d’autres questions relatives à  l’actualité.

INTERVIEW

 

                  Journaliste : BONJOUR MADAME LA PRESIDENTE, COMMENT SE PORTE VOTRE PARTI?

 

Mme Marie Carine Bladi : Le NICIN se porte très bien. Nous venons d’une tournée à l’ouest du pays à l’invitation de nos délégués régionaux. Cette tournée a été un véritable succès dans l’ensemble. Nous avons eu de grands moments de partage avec les populations qui nous ont fait connaître leurs différentes préoccupations. Lesquelles auront des solutions le plutôt possible.

 

J’ai été marquée au cours de cette tournée par la paupérisation grandissante de la population, due à la mévente des produits agricoles.

Paradoscalement, ceux qui en longueur de journée parlent de croissance ne voient pas la misère des paysans. Et pourtant, ce devait être chose faite. Ce qui semble réjouissant, est que les populations ont espoir qu’avec le NICIN, les données changeront. D’où la forte mobilisation dans le Guémon.

 

J : QUEL REGARD PORTEZ-VOUS SUR LA SITUATION SOCIO-POLITIQUE ?

 

M.C.B : la situation est crispée et le dialogue est rompu, voire un dialogue de sourd entre le gouvernement ivoirien et l’opposition. Je m’explique : la question de la gratuité de la carte d’identité et la réforme profonde de la CEI ne fait pas l’unanimité entre le pouvoir  en place et l’opposition. Or ce sont des choses à régler avant les élections présidentielles de 2020. Notre parti le NICIN souhaite œuvé dans un climat de paix. Car c’est un parti exempt de violence et de tricherie.

 

J : SOYEZ UN PEU PLUS  EXPLICITE MADAME LA PRESIDENTE ?

 

M.C.B : Nous ne pouvons pas aller aux élections présidentielles avec cette commission électorale dite indépendante et qui ne l’ai pas dans le fond. En 2010, elle a été au cœur de la crise post-électorale. Et puisque les mêmes causes produisent les mêmes effets, que pouvons-nous attendre de cette CEI ?

Elle est illégale et illégitime dans toute sa composante. Par ce qu’elle n’est pas représentative de la société civile. Encore moins des partis politiques présents. Mais bien au contraire, elle est contrôlée par le pouvoir en place. Un regard rétrospectif sur les dernières élections municipales confirme mes propos. En effet, celles-ci ont été organisées avec des fraudes massives et assez de trucages des résultats. La suite nous la connaissons tous. Il faut changer cette commission électorale, la réformer pour qu’elle inspire confiance à tous les partis politiques y compris la société civile. Autrement, le RHDP prorogera son mandat à la tête de l’Etat et les frustrations continueront au sein de la population. Dans cette optique la Côte d’ivoire ne connaitra jamais la paix  tant recherchée par ses filles et fils. Concernant la gratuité de la pièce d’identité c’est tout à faire normal. En 2009 la confection de ladite pièce a été gratuite. Comment expliquer qu’en pleine croissance à deux (02) chiffres dont on nous parle à longueur de journée, les ivoiriens doivent débourser la sommes de cinq mille franc cfa (5 000 f cfa) pour sa confection. Pis, nos députés, les élus du peuple dans leur majorité vote cette loi à l’hémicycle. Or le peuple dans sa majorité désavoue cette décision et crie son ras-le-bol. Quelle paradosce ?

 

 

 

: LE NICIN COMPTE T-IL PARTICIPER AUX ELECTIONS PRESIDENTIELLES ?

 

M .C.B : Evidemment, nous allons participer à ces élections. Mais nous avons un préalable. C’est pourquoi nous voulons qu’elles soient crédibles, transparentes et équitables. Nous sommes prêts à gouverner la Côte d’Ivoire, étant donné que nous constituons une alternative crédible face à ces acteurs politiques qui ont déjà gouverné ce pays et n’ont rien apporté au peuple à part la guerre et la pauvreté.

 

: VOUS PARLEZ DE MISERE ALORS QUE LE GOUVERNEMENT PARLE DE CROISSANCE ?

 

M .C.B : De quelle croissance parle t-on ? Quand les filières agricoles sont en lambeaux, le café,  le Cacao, l’hévéa et même l’anacarde se vendent mal. Et que dire de la population qui à peine peut s’offrir un repas par jour dans l’ensemble. Or nous savons tous que les paysans constituent 60% de la population active. Et pourtant, ils vivent dans la misère et n’arrivent pas à se soigner encore moins à scolariser leurs enfants. Le gouvernement Ouattara a échoué sur tous les plans, laissant les ivoiriens dans un dénuement total avec des discours démagogiques. Pis, l’insécurité est grandissante et la réconciliation à pas de tortue.

 

: MADAME LA PRESIDENTE, QUE FAUT-IL FAIRE SELON VOUS, SUR LE CHANTIER DE LA RECONCILIATION ?

 

M .C.B : Je pense qu’il est temps, de libérer tous les prisonniers de la crise postélectorale et de dégeler les comptes de ceux dont lesdits comptes sont encore gelés. Il faut que les ivoiriens arrivent à se parler et ceux qui leur ont causé le tort fassent profil bas et demandent pardon. Le régime actuel a une conception machiavélique de la gestion du pouvoir à savoir faire perdurer la terreur pour mieux régner heureusement, cela ne peut pas continuer éternellement car le peuple a vite pris conscience du combat qu’il a à mener.

 

 

: EST-CE QUE LE NICIN A DES RECETTES POUR REGLER LES PROBLEMES DES IVOIRIENS ?

 

M .C.B : Evidemment, c’est la raison suffisante pour laquelle nous avons décidés de nous présenter aux élections présidentielles en 2020. Autrement, nous seront des spectateurs de la scène politique ivoirienne. Je pense que sur la question de la réconciliation, la commission vérité et réconciliation a fait un travail remarquable. Malheureusement les conclusions de ces travaux n’ont jamais été appliqués, par ce qu’on veut occulter la vérité aux ivoiriens. A part les proches du président Laurent Gbagbo qui ont été poursuivis en justice, les autres ayant commis d’énormes atrocités, n’ont jamais été inquiétés.

Pis, ils ont été nommés à des postes de responsabilité. Au niveau social il faut faire quelque chose. En effet, il faut arrêter de trop fiscaliser les filières agricoles, cela pose d’énormes préjudices aux producteurs qui ne vivent pas de leurs efforts et qui sont spoliés par les multinationales. Il faut une réforme agricole. Quand les produits agricoles sont mieux payés la pauvreté recule. Il faut une véritable assurance maladie et une équité au niveau éducatif. Nous devons revenir à la gratuité au niveau de l’école. Nous avons un projet et un programme pour la transformation de notre pays que nous n’allons pas d’ores et déjà déballer a cette interview. Au temps opportun vous le saurez.

 

: A PROPOS DE LA RECONCILIATION, CERTAINS SOUHAITENT LE RETOUR DE LAURENT GBAGBO EN COTE D’IVOIRE. QU’EN PENSEZ-VOUS ?

 

M .C.B : Je voudrais tout d’abord me réjouir de la libération de son épouse qui est une femme battante, une combattante pour les libertés et la démocratie en Côte d’Ivoire.

Si aujourd’hui l’ivoirien peut s’exprimer c’est grâce au combat du FPI et de ses leaders. Concernant le cas du président Laurent Gbagbo, il est le maillon essentiel de la réconciliation et sa place est en Côte d’Ivoire. Il a été acquitté, il doit donc rentrer au pays pour retrouver sa famille et le peuple ivoirien.

: REVENONS A VOTRE PARTI AUJOURD’HUI C’EST LE JEU DES ALLIANCES DANS LE PAYSAGE POLITIQUE ? EST-CE QUE LE NICIN Y PENSE ?

 

M .C.B : Nous y avons déjà pensé. Pour l’instant, nous ne sommes pas dans une alliance, mais cela viendra. Ce qui est important pour nous, est la confiance que nous voue les ivoiriens. Nous continuerons à faire nos tournées pour partager avec le peuple ivoirien notre vision de la Côte d’Ivoire Nouvelle, qui se veut unie et prospère avec le NICIN. Les ivoiriens doivent se retrouver pour bâtir leur pays dans la fraternité. Je voudrais profiter de votre micro pour lancer un appel à la classe politique. ‘’ La Côte d’Ivoire appartient aux ivoiriens et ces derniers sont fatigués de la guerre. Pour ce faire, il faut des élections apaisées et transparentes pour que le meilleur gagne’’.

Nous avons la conviction qu’en 2020 nous serons les vainqueurs de ces élections présidentielles, par ce que les ivoiriens veulent une nouvelle classe politique qui serait tout comme une bonne mère qui partage le repas en famille à ses filles et fils de façon équitable. Cette bonne mère je le suis. Reste, que le peuple me confie les rênes du pouvoir en 2020.

 


SERCOM NICIN
04 Jul 2019 01:07




MUTINERIES, CRISES, VIOLENCES, ANDRÉ SILVER KONAN : "LA RÉBELLION A INOCULÉ UN VENIN NOCIF DANS LE CORPS SOCIAL DE BOUAKÉ"

Journal d’Abidjan : La ville de Bouaké paye-t-elle le lourd fardeau d’avoir été capitale de la rébellion ?

 

André Silver Konan : Il est évident que la ville de Bouaké est la principale victime de la rébellion, étant donné qu’elle a servi de quartier général à celle-ci pendant près de dix bonnes années. La rébellion a inoculé dans le corps social de cette ville, un venin nocif qui la paralyse sur les plans spirituel et moral. En effet, elle a libéré en de nombreuses personnes un esprit de soulèvement des sens, des cœurs et des âmes et forgé chez elles, une banale propension au recours systématique aux armes et à la violence, pour régler des problèmes que la raison ou l’intelligence auraient suffi à régler. Bref. Bouaké est victime de la rébellion.

 

JDA : Comment peut-on sauver cette ville ?

 

ASK : Pour sauver cette ville, il faut une catharsis de choc, alliant solutions structurelles et civiques. Sur le plan structurel, Bouaké doit bénéficier d’un véritable plan Marshall. Il est curieux que des principales villes de l’ex-zone CNO, Bouaké, à la différence de Korhogo, d’Odienné ou de Séguéla soit aussi pauvre en termes de renouvellement, de réhabilitation ou de constructions d’infrastructures. Aujourd’hui, quand vous vous rendez à Bouaké, vous sentez encore l’empreinte de la crise, et très souvent, vous ne la sentez pas seulement, vous la voyez. Il doit avoir des investissements conséquents dans les grands travaux, pour relancer les activités économiques, offrir du travail à ces jeunes qui ont grandi avec la guerre. Un exemple précis d’action concrète : le grand marché de Bouaké, jadis plaque tournante de toute l’économie du centre et du nord du pays, parti en fumée dans un incendie, il y a deux décennies, doit être reconstruit. Ce marché donnera certainement un nouveau souffle à la ville. Sur le plan civique, un véritable travail doit être fait, en accord avec les associations scolaires, les confessions religieuses, les parents d’élèves, la société civile, les partis politiques, etc.

 

JDA : Démilitariser une telle ville ne serait pas dangereux pour la stabilité de la ville qui compte surement des caches d’armes ?

 

ASK : La démilitarisation de la ville de Bouaké est ma proposition et je la maintiens. Quand il y a un problème, il faut chercher à trouver une solution. Toutes les autres villes ayant abrité des bases des anciens rebelles ne sont pas dans une situation de rébellion permanente comme Bouaké. Laisser des unités combattantes entières sur place, alors que les éléments de ces unités se comportaient déjà en seigneurs de guerre, pendant la rébellion, est une erreur stratégique. Soit on affecte ces derniers et tous dans d’autres unités, ce qui apparaîtrait comme une chasse aux sorcières, soit on prend la décision de mettre un terme à la présence de tous les bataillons militaires de la ville, tout en affectant les éléments ailleurs, en prenant soin, bien sûr, de ne pas garder les mêmes éléments dans les mêmes unités. Les camps ainsi laissés pourraient servir de sites d’école de formation civile ou militaire. Je rappelle que l’Ecole des forces armées (EFA) qui avait été délocalisée de Bouaké, pendant la crise, se trouve toujours à Zambakro. C’est une piste pour son retour dans cette ville. Mais il reste que laisser ainsi la ville constituerait un danger, etc. Il n’y aucun danger possible dans l’absence de militaires dans la ville, puisque leur présence déjà constitue un danger. Ce sont les faits qui le disent. Sur le plan sécuritaire, les militaires n’assuraient déjà pas de service régalien d’ordre et de sécurité. Ce service est assuré ordinairement par la police et la gendarmerie. Il suffit de renforcer les équipes et le matériel de la police et de la gendarmerie. Evidemment, les unités mixtes d’élite (comprenant des policiers, des gendarmes et des militaires), luttant contre le grand banditisme peuvent et doivent y avoir des bases. 

 


JDA
22 Jan 2018 05:07



Accueil | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Environnement | Contacts

La Mediane © 2012 Tous droits réservés