• CI-CONDAMNATION :Akossi Bendjo l’ex-maire du plateau a été condamné par la juste ivoirienne a 20ans de prison    
  • CI-CARTE NATIONALE D’IDENTITÉ :le gouvernement a prorogé mercredi, la validité des cartes nationales d’identité jusqu’au 30 juin 2020    
  • CI- PRÉSIDENTIELLE2020:Marie Carine Bladi, présidente du Nouvel Ivoirien- Côte d’Ivoire Nouvelle(NICIN) apporte son soutien à la jeunesse de Treichville.    
  • CI-SIAC: La société ivoirienne d’assistance aux collectivités (SIAC) organise le mardi 26 mars la cérémonie officielle de restitution des travaux relatifs au recensement du potentiel fiscal de 10 collectivité territoriales.    
  • YOPOUGON ACCADEMIE:Du nouveau au complexe hôtelier mabea beach : Des salles pour anniversaires, cérémonies de baptême, mariages, lieu de sortie de détente etc.… pour plus d’informations appelez au 07169395/ 45619338    

POLITIQUE : Les Faits

Document sans nom

GÉRONTOCRATIE/DAMANA PICKASS MET EN GARDE : « OUATTARA PEUT ALLER SE REPOSER ».« LA C.I A BESOIN DE GBAGBO POUR LA RÉCONCILIATION »

 

A ceux qui demandent la retraite politique de Gbagbo, Damana Pickass répond et met en garde.

"... La deuxième chose, j'entends dire que Gbagbo doit prendre sa retraite, qu'il se retire de la scène Politique. J'entends dire qu'il a fait son Temps, qu'il se mette à la retraite. Mais comme ils ne veulent pas désigner Gbagbo seul, car c'est lui particulièrement qu'ils ne veulent pas voir, pour brouiller le message, ils disent "Gbagbo, Ouattara et Bedie, n'ont qu'à aller à la retraite parce que c'est eux qui font qu'il y a palabre".
Moi je n'aime pas ce raisonnement généraliste, cette approche globalisante et indiscriminée des problèmes. Ce sont les manipulateurs, les malhonnêtes qui raisonnent ainsi. Nous sommes en Côte d'Ivoire, nous connaissons les personnalités politiques en présence, nous savons ce que chacun a fait dans ce pays.

Pourquoi on ne veut pas juger chacun en fonction de ce qu'il a fait à un certain moment et on veut mettre tout le monde dans une corbeille unique et leur infliger une sanction commune indépendamment de leurs agissements? C'est du nazisme à l'ivoirienne. Comment peut-on confondre Gbagbo, Bedie et Ouattara et dire "vous tous là vous êtes mauvais, partez"? Mon intelligence n'admet pas encore ce genre de jugement, non tout le monde n'est pas mauvais, tout le monde ne peut être mauvais.

Gbagbo n'avait pas vocation à rester sur la scène Politique jusqu'en 2019. Gbagbo n'est pas un homme qui est accroché au pouvoir, il n'est pas un pouvoiriste notoire. Gbagbo, quand il était dans l'opposition, c'est lui qui s'est battu pour la limitation des mandats à deux mandats maximum. C'est lui qui a fait que dans la constitution de 2000, il y a eu la limitation des mandats à deux. Il reprochait toujours à Houphouet Boigny d'être resté trop longtemps au pouvoir. In fine, c'est Gbagbo qui s'est battu pour qu'on puisse limiter l'âge pour être candidat à la présidence, c'est lui qui l'a fixé à 75 ans, c'est Gbagbo Laurent qui a fait cela.
Est ce que quand quelqu'un veut rester au pouvoir il fait ce qu'il a fait là? Quand quelqu'un veut s'accrocher au pouvoir, est ce qu'il se bat pour qu'on limite les mandats? Est ce qu'il se bat pour que l'âge là soit limité? Non.

Ce sont deux attitudes antinomiques. Donc c'est quelle leçon d'alternance on veut faire à Gbagbo? Dites moi de quoi vous parlez et je vous dirai de qui vous parlez. Apprenons à être un peu sérieux et honnête dans ce pays. Chaque acteur politique à une histoire et un parcours qui témoignent pour lui ou contre lui. S'ils veulent traiter de cette question là qu'ils regardent ailleurs, ce n'est pas du côté de Gbagbo Laurent. Parce que si on avait laissé Gbagbo diriger tranquillement la Côte d'Ivoire, depuis 2010 il serait déjà à Mama parce qu'il aurait déjà fait ses deux mandats. Je dis bien, s'ils avaient laissé Gbagbo diriger il serait rester au pouvoir de 2000 à 2010. Il serait aujourd'hui en train d'écrire ses mémoires à Mama.

Mais ils n'ont pas laissé Gbagbo diriger la Côte d'Ivoire, ils ont voulu abréger sa gouvernance à la tête de la Côte d'Ivoire. C'est l'échec de cette tentative de faire disparaître Gbagbo de la scène Politique plus tôt que prévu, qui a donné cette longévité politique au président Gbagbo qui les fatigue aujourd'hui. Mais ils n'ont qu'à s'en prendre à eux mêmes. Parce que l'animal Politique qu'il est a toujours su retomber sur ses deux pieds quand on voulait le " tuer politiquement". Ou même physiquement.

Ils n'ont donc jamais voulu de Gbagbo même pendant une seconde à la tête de ce Pays. Cette phobie ou haine pour Gbagbo ne date donc pas d'aujourd'hui. Ce n'est pas l'âge de Gbagbo qui est en cause, mais plutôt ses idées et sa vision. Ils veulent écarter celui qui porte au mieux les intérêts des ivoiriens et qui inscrit son action Politique dans le développement de cette nation. C'est pourquoi ils ont fait la rébellion en 2002, le coup d'état en 2010, la prison à la CPI pendant huit ans. Ils se rendent compte que toutes ces tentatives, tous ces complots n'ont pas eu raison de la ténacité de Gbagbo qui ressort toujours plus fort de toutes ces épreuves. Alors pour les élections de 2020, ils ont peur, c'est pourquoi ils mettent en avant n'importe quel prétexte pour écarter encore le président Gbagbo.

Sinon dans la réalité le président Gbagbo Laurent n'a dirigé la Côte d'Ivoire que pendant seulement 23 petits mois. C'est faux et absolument faux de faire croire que Gbagbo a dirigé la Côte d'Ivoire pendant 10 ans. Et je vais vous dire pourquoi.
Le président Gbagbo a gagné les élections en 2000 et il a prêté serment le 27 Octobre 2000. Le 18-19 Septembre 2002, on a attaqué son régime parce qu'on ne voulait pas qu'il travaille pour le peuple de Côte d'Ivoire.

Dès cet instant, Gbagbo a cessé de gouverner ce pays. Le coup d'état qui a échoué s'est mué en une rébellion internationale. Le président a été contraint à coups d'accords de Paix à diriger ce pays avec les rebelles armés, et leur aile politique. Gbagbo n'avait plus le choix de son premier ministre ni des ministres de l'opposition armée et Politique.
Laurent Gbagbo était le seul président au monde que ses ministres insultaient le week-end dans les tournées politiques et le mercredi suivant ils s'asseyaient en face de lui en conseil des ministres. Mais c'est parce que Gbagbo est un dur à cuir, parce qu'il est un politicien racé, un grand manœuvrier politique qu'il a survécu au milieu de ces sorciers.

Comment dans ce contexte, alors que le président ne contrôle pas son gouvernement, alors qu'il ne peut plus appliquer son programme, on peut dire que Gbagbo a dirigé ce Pays? Est ce dans un tel contexte qu'on dirige un Pays? Absolument pas.
En 2010 Gbagbo gagne les élections présidentielles. Un coup d'état international sanglant le renverse. Accusé de crimes contre l'humanité, il est déporté à la Haye devant la CPI.

Après huit ans de batailles, par la grâce de Dieu il sort acquitté et totalement blanchi. Il n'est même pas rentré encore dans son pays que le système, le même qui ne voulait pas le voir au pouvoir en 2000 et qui l'a attaqué militairement, ce système a repris sa litanie anti Gbagbo. Et alors que c'est Gbagbo qu'ils visent en réalité, pour nous distraire ils disent Gbagbo, Bedie et Ouattara doivent se retirer de la scène Politique car ils sont vieux. Comme si la crise ivoirienne était un conflit de générations.

Et que les jeunes avaient une solution magique aux problèmes que nous traversons actuellement. Le président Ouattara quant à lui doit se retirer, c'est clair. Après avoir cogeré pendant huit ans le pays avec Gbagbo ( 2002-2010) Monsieur Ouattara a eu à diriger ce pays pendant deux mandats tranquillement. Paisiblement. Donc il peut aller se reposer.
Il a fini et il n'a plus d'autre alternative. Je ne comprends donc pas pourquoi on veut que Gbagbo l'accompagne dans sa retraite. Vous comprenez pourquoi je dis que c'est Gbagbo qu'ils visent. Alors ils veulent modifier la constitution contre Gbagbo. On veut tripatouiller la loi fondamentale contre un seul citoyen.

Décidément je n'arriverai jamais à appréhender le chef de l'état actuel. Comment quelqu'un qui est allé jusqu'à faire la guerre parce que se sentant exclu par la constitution peut envisager aujourd'hui alors qu'il est président vouloir modifier la constitution pour exclure un adversaire ?

Où est la logique? où est la cohérence? Mais nous, nous sommes des démocrates et nous allons préparer la riposte démocratique à cette injustice. Il y'a trop de tensions dans ce pays et il ne faut pas en rajouter. Je souhaite qu'on laisse tous ceux qui le désirent, competir aux présidentielles. Ceux qu'on qualifie de jeunes, tout comme ceux qu'on qualifie de vieux. Le peuple souverain saura juger chacun dans les urnes. On ne peut contraindre Gbagbo à la retraite surtout pas maintenant où la Côte d'Ivoire a besoin de lui et l'attend pour faire la réconciliation nationale véritable.

Gbagbo a encore de bons et loyaux services à rendre à ce pays.
Apprêtons nous à rentrer très très prochainement au Pays pour accueillir le président, car Dieu a déjà tout accompli. Je vous demande de rester sereins de rester loyaux et fidèles au combat que vous menez. Vous avez un leader qui s'appelle Laurent GBAGBO, il est digne dans l'épreuve et il est prêt à conduire ce combat là jusqu'à la fin. Mobilisons nous autour de lui pour qu'il ait suffisamment de force pour nous conduire à la victoire finale et totale.

Merci et que Dieu vous bénisse encore."
Fin du reportage de Fier Ivoirien II Digne Ivoirien, dimanche 11 Août 2019

 


I.B
20 Aug 2019 00:20



SORO KANIGUI (RACI) PRÉVIENT SANS GANT LE RHDP: ALASSANE OUATTARA «VA PARTIR PIAN! … CE NE SONT PAS AMADOU GON COULIBALY ET HAMED BAKAYOKO QUI EFFRAYERONT QUELQU’UN»

Le Président du Rassemblement Pour la Côte d’Ivoire (RACI) Soro Kanigui a, à la faveur du meeting des partis proches du Président du Comité Politique Guillaume Kigbafori Soro organisé ce samedi 17 Août, fait une déclaration monstre et sans état d’âme. «Si le Président Alassane Ouattara veut, qu’il soit candidat en 2020. Mais il va partir Pian ». A-t-il déclaré sous un tonnerre d’applaudissement.
Le député à l’Assemblée Nationale a fait savoir que s’il parle de la sorte du Président Ouattara, ce ne sont pas Amadou Gon Coulibaly et Hamed Bakayoko qui effrayeront quelqu’un dans ce pays selon ses dires.
Soro Kanigui a également mis le Premier Ministre Ivoirien Amadou Gon Coulibaly et le Ministre Ivoirien de la Défense Hamed Bakayoko en garde contre toutes actions visant à perturber les manifestations de l’opposition. Il a à cela, demandé aux militantes et militants de ne pas avoir peur.
Selon le Président du RACI, la seule personne connue et attendue en ce moment par les Ivoiriens, c’est bien le Président Guillaume Soro. Il a fini son discours par une phrase qui donne des sueurs froides. « Nous vivons en ce moment notre pénitence, mais vous, votre exile là comme l’avait dit Amadou Gon Coulibaly lui-même, c’est pour bientôt ». A-t-il prévenu.
Avec Opera News


O.N
18 Aug 2019 20:32



CI-RÉFORME EN PROFONDEUR DE LA CEI/ EDS RENCONTRE : UNE DÉLÉGATION DE L’UNION EUROPÉENNE

La plateforme politique EDS a rencontré ce mercredi 31 juillet 2019,à la délégation de l'Union Européenne le premier secrétaire chargé des affaires politiques ,monsieur Laurent DERSUS et son adjointe,madame Louise GROËNMARK.

Le président de EDS, le professeur Georges-Armand OUEGNIN qui conduisait une délégation composée des vice-presidents TCHEIDE Jean-Gervais, BOHUI Paul Arnaud, et du chef de cabinet ANANGAMAN Olivier, a porté le message de la plateforme EDS en ces termes:

"Nous ne voulons pas d'une CEI inféodée au pouvoir. La confiance est totalement rompue. Depuis 2011, les acteurs politiques Ivoiriens ne se parlent pas veritablement. Nous ne voulons pas d'une recomposition de la CEI, mais plutôt d'une réforme en profondeur axée sur le cadre juridique et institutionnel de la loi portant création de la CEI(...). Nous sommes ouverts à un dialogue inclusif de toutes les forces vives de la nation Ivoirienne afin de réconcilier effectivement les filles et fils de la Côte d'Ivoire(...)"

Les responsables de l'Union Européenne ont tenu à préciser qu'ils prenaient bonne note de toutes les remarques de EDS qui représentent de précieuses Informations.

Il convient de signaler que cette rencontre entre EDS et l'Union Européenne était prévue depuis plus d'un mois mais n'avait pas pu se faire en raison des calendriers qui ne s'accordaient pas.

Il faut aussi rappeler qu'en dépit des interpellations répétées de l'opposition crédible et significative qui réclame une CEI consensuelle qui pourrait garantir des élections justes et transparentes, le gouvernement Ivoirien a formulé un projet de loi qui a été adopté en plénière par l'Assemblée nationale le Mardi 30 juillet 2019.

 


sercom
01 Aug 2019 02:23



CI-LOI SUR LA RECOMPOSITION DE LA CEI/ MAURICE KAKOU GUIKAHUÉ FERME : « AUCUN CONSENSUS N’ENTOURE CE PROJET »

GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI-RDA
EXPLICATON DE VOTE DU GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI-RDA SUR LE PROJET DE LOI PORTANT RECOMPOSITION DE LA CEI

Monsieur le Président
Je suis heureux que vous présidez vous-même cette Session
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Députés,

Le projet de loi soumis à notre vote, vise, à répondre à une exigence majeure relative à l’organisation des futures élections en Côte d’Ivoire; c’est-à-dire l’exécution par l’Etat de Côte d’Ivoire de l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples du 18 novembre 2016 qui a ordonné à la Côte d’Ivoire de modifier la loi de 2014, relative à la Commission Électorale Indépendante ( CEI), qui se subdivise en organisation, attributions et fonctionnement.

La question que nous devons nous poser à ce stade de nos travaux est donc de savoir si la seule recomposition répond à la décision de modification de la loi, si tant est que cette loi devra être adressée à la Cour Africaine. Allons-nous voter une autre sur les attributions et après, une troisième loi sur le fonctionnement ? Assurément cette loi est incomplète.

Il est évident de constater, avec regret, que ce projet de loi n’est pas consensuel puisque le seul accord aux dires du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, scellé entre le Gouvernement et quelques organisations qui ont participé aux négociations et qui stipulait que les représentants du Président de la République et du Ministère de l’Intérieur ne seraient pas éligibles, n’a pas été respecté. Aucun consensus n’entoure donc ce projet.

Je voudrais nous rappeler, le précédent créé par la loi de finances 2018. Malgré de nombreuses et fortes réserves formulées concernant l’annexe fiscale, nous avions voté cette loi qui a fait par la suite l’objet d’une ordonnance du Président de la République suite à la réaction du secteur Privé.

Le souvenir de la grave crise post électorale de 2010 née de la contestation des résultats du 2 ème tour de l’élection présidentielle qui a fait officiellement 3.000 morts; et c’est un ancien pensionnaire de l’Hotel du Golf qui vous parle; rend les membres du Groupe parlementaire PDCI-RDA, inquiets quant à la confiance qu’auront les acteurs politiques et les Ivoiriens dans une CEI frappée d’une suspicion congénitale.

C’est pourquoi, pour avoir une CEI neutre, impartiale et indépendante, répondant aux standards internationaux, nous demandons une loi plus compète d’une CEI équilibrée, ayant pouvoirs de décision et dotée d’une autonomie financière.
Je demande donc aux Députés membres du Groupe Parlementaire PDCI-RDA et exhorte également tous les autres Députés à s’opposer à l’adoption de ce projet de loi, non pas pour désavouer le Gouvernement, mais bien au contraire, pour lui permettre de faire aboutir la mise en place d’une CEI consensuelle et qui rassure.
C’est à ce prix seulement que la Côte d’Ivoire pourra définitivement sortir du cycle infernal de la violence qui entoure constamment les joutes électorales.
Je vous remercie.

Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE
Président du Groupe Parlementaire PDCI-RDA

 

 


sercom
01 Aug 2019 02:46



LIBERTÉ DE LA PRESSE : LA CÔTE D’IVOIRE A GAGNÉ 88 PLACES AU CLASSEMENT MONDIAL DE REPORTERS SANS FRONTIÈRES DEPUIS 2011

Abidjan, le 25 juillet 2019 - Le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, invité de la conférence de presse « Les rendez-vous du gouvernement » du Centre d’Information et de Communication gouvernementale (CICG) a indiqué, le 25 juillet 2019 à Abidjan, que de 2011 à 2019, la Côte d’Ivoire a gagné 88 places au classement mondial de Reporters Sans Frontières, en passant de la 159è à la 71è place.

« De 2011 à 2019, la Côte d’Ivoire a gagné 88 places, au classement mondial de Reporters Sans Frontières, en passant de la 159è à la 71è place dans la défense de la liberté de la presse et la protection des journalistes », a déclaré Sidi Tiémoko Touré.

Pour le ministre, les actions du gouvernement en faveur du secteur de la presse vont se poursuivre pour renforcer davantage la liberté de la presse mais également l’aide publique de l’Etat aux entreprises de presse.

Le ministre s’est engagé à œuvrer pour l’amélioration constante de la prise en charge sociale des journalistes et professionnels de la communication, ainsi que le renforcement des capacités des chefs d’entreprise, des journalistes et des professionnels du secteur.

 


CIGG
27 Jul 2019 03:57



Accueil | Politique | Société | Economie | Culture | Sport | Environnement | Contacts

La Mediane © 2012 Tous droits réservés